Fondée en mai 2008, notre association base son travail sur un partenariat équitable entre Sénégalais et Belges. L’Etat sénégalais reconnaît la valeur de notre travail depuis 2011. L’Etat belge nous permet de proposer une attestation fiscale lors de dons supérieurs à 40 €/an.

Lors de différents voyages et de rencontres avec des personnes vivant ou travaillant dans la région de Malem-Hodar, nous avons pu constater combien les conditions de vie des populations locales étaient éloignées de ce que nous considérions, par rapport à notre mode de vie occidental, comme acceptable ou normal.

Nous avons aussi été frappés par le travail réalisé par les forces vives de Malem-Hodar : responsables politiques, médicaux, association de femmes, animateurs ruraux, enseignants, jeunes scolarisés,… Loin de toutes les images déformées que les médias occidentaux véhiculent, nous avons constaté le souci du bien commun, la volonté de progrès, le sérieux des discussions et la qualité du travail réalisé grâce à l’aide apportée.

Nous avons également pu voir combien l’attrait pour la Ville (et l’exode rural, voire l’exil, qu’il entraîne) est une réalité.

Nous pensons, comme nos amis sénégalais, que cet attrait ne peut être combattu que par un développement des structures locales.

De retour en Belgique, l’ asbl Malem-Auder a été créée dans le but d’œuvrer à l’amélioration des conditions de vie et d’éducation dans les zones rurales du Sénégal.

Les axes principaux de notre action visent :

  • à soutenir et aider les populations villageoises dans leur recherche d’un accès à l’éducation, au soutien scolaire, à l’alphabétisation, à la formation et à la vie associative ; 
  • à privilégier, parmi les actions possibles, celles impliquant les communautés et les acteurs locaux dans la création, le développement et la réalisation des projets ; 
  • à rechercher des solutions qui sensibilisent les populations locales au développement durable ; 
  • à assurer la promotion de réseaux de collaboration et de partenariat.

Afin de mener à bien ces objectifs, il est indispensable que des personnalités travaillant ou vivant dans une zone rurale du Sénégal soient associées à la gestion et à la vie de l’association.

Les projets que l’asbl mène doivent idéalement répondre à 4 critères :

  • Projet à taille humaine, porté en Belgique comme au Sénégal par des hommes et des femmes engagés.
  • Projet potentiellement autonome qui, une fois mis en place, se suffira à lui-même.
  • Projet à valeur d’exemple qui peut inspirer d’autres villages, amenant une coopération Sud-Sud.
  • Projet innovant dont aucune autre structure ne s’occupe dans la zone.

Réunion de travail pour mettre en place le projet intégré de Boulel

Les administrateurs sénégalais de l’association veillent à ce que les projets déposés s’approchent de ces critères et, le cas échéant, aident le demandeur à retravailler son projet.

Cette méthode, nous avons bien entendu essayé de l’aiguiser pour la faire correspondre au plus près des préoccupations de nos partenaires. Empiriquement, nous avons mis en place une recherche-action pour chacun de nos grands projets. La recherche-action est une forme de recherche orientée vers la résolution d’un problème pratique vécu dans un contexte local qui est menée par les acteurs directement concernés par ce problème. Ainsi, en milieu rural, les préoccupations, les aspirations et les initiatives des acteurs villageois ainsi que leurs conflits et contradictions sont autant de point de départ ou de thèmes de recherche permettant d’aboutir à la mise en place d’un projet de développement réussi. 

 

L’asbl est constituée de membres belges et sénégalais dont la volonté est de travailler de manière constructive et respectueuse à une meilleure connaissance respective et à l’amélioration des conditions de vie et d’éducation dans les zones rurales du Sénégal.

Ces membres travaillent dans des milieux différents : édition, enseignement, informatique, consultance des entreprises, …

Nous sommes tous des bénévoles qui nous occupons de Malem-Auder par passion, après nos heures de travail.

L’asbl n’a quasiment aucun frais administratif et les voyages sur place, qui nous permettent d’étayer les différents projets menés, sont toujours payés à titre privé.

Le conseil d’administration est formé de 7 personnes :

  • Abdoulaye Diallo, enseignant, Malicounda
  • Papa Diop, enseignant, Kaolack
  • Chantal Gossaert, enseignante, Kraainem
  • Françoise Gosset, office manager, Auderghem
  • Ramatoulaye Ndao, enseignante, Malem-Hodar
  • André Petithan, enseignant, Auderghem
  • Maurice Sarr, enseignant, Principal du CEM de Sagna, Kaffrine

Depuis le début, nous travaillons en intégrant au maximum les personnes proches de l’association qui désirent apporter leur réflexion ou leur expertise. C’est ce que nous appelons le Conseil d’Administration élargi.

Share Button